Femmes et Gouvernance en RDC, c’est possible de changer la donne !

Vos Droits et Comment faire entendre votre voix, Publié : Le 100738 à 15:7:35

Equité et égalité de genre, citoyenneté, participation et activisme politique des femmes ainsi que la bonne gouvernance, ce sont là des concepts omniprésents à l'ordre du jour du développement, de la lutte contre la pauvreté et la démocratie à travers le monde.
Certes, le leadership des femmes et leur participation à la vie politique sont partout menacés. En République Démocratique du Congo comme ailleurs, les femmes sont sous-représentées aussi bien comme électrices que dans les fonctions dirigeantes, au sein des Assemblées délibérantes, dans l'administration publique ou encore dans le secteur privé ou le monde universitaire. Or les compétences ne sont plus à démontrer en tant que leaders et agents du changement, et en dépit de leur droit de participer en toute égalité à la gouvernance démocratique.
Pour trouver des solutions à cette problématique de la gouvernance politique de la femme, plusieurs questions méritent d’être posées :
1. La femme est-elle capable de gouverner ?
2. La femme doit-elle nécessairement gouverner ?
3. A quelles conditions qualitatives et quantitatives la femme serait-elle éventuellement acceptée de gouverner ?
4. Qu’est-ce qui devrait être fait pour permettre à la femme une plus grande part dans la sphère de la gouvernance politique ?
5. L’homme est-il disposé à voir la femme s’intégrer de façon significative dans les structures nationales de gouvernance ?
Du développement de ces questions, on peut tout simplement déduire que :
• Si on veut réellement faire exister une vraie démocratie, il est nécessaire au nom de la justice, d’engendrer ou de féminiser la gouvernance politique ;
• Il faut préconiser le principe de quota de « tiers minimal », plus que Beijing (30 %) sur les listes électorales des partis politiques et dans la loi électorale ;
• Il faut aller au-delà de la démocratie libérale car trop imparfaite ;
• Ensuite, il faut instaurer la démocratie libérale communautaire (de nature inclusive, consensuelle).
Cela ne peut être possible que lorsque la femme est capable :
- de surmonter les difficultés liées à la vie politique ;
- de prouver son engagement politique malgré le poids familial ;
- d’avoir la maitrise de soi ;
- de faire preuve de grande habileté intellectuelle ;
- de démontrer les qualités sociales, morales, politiques et mentales ;
- de prendre courage et ;
- d’être stratège.

Héritier MP/LIFCE

Restez Connecté