Droits à l'éducation: l’avenir politique de toute femme a sa source à l’école!

Vos Droits et Comment faire entendre votre voix, Publié : Le 12/11/2018 à 18:9:51

Aujourd’hui, on le constate dans le monde en Afrique de même en RDC, la participation politique de la femme reste inégalement inférieure aux hommes, or c’est de là que la participation politique qu’on exige à la femme d’aujourd’hui tire sa source et son ampleur. La pratique d’une vie citoyenne passe avant tout par une préparation mentale dès le bas niveau de l’apprentissage jusqu’à son plus haut niveau nécessitant une implication sérieuse du gouvernement pour afin assurer ce qui est en même temps un droit et un devoir pour toute citoyenne. Lorsqu’une fille a accès à un enseignement primaire et secondaire de qualité, elle est plus susceptible d’être en bonne santé intellectuelle et de réussir professionnellement. L’éducation donne aux filles davantage de possibilités de faire valoir leurs droits, de contribuer au bien-être de leur famille et de leurs communautés et par là de participer au développement de l’économie locale et mondiale.

Le taux de participation des filles à l’école connait depuis quelques années une amélioration en RDC. Selon les études du Ministère de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel (EPSP), le nombre de filles à l’école s’approche progressivement de celui de garçons à travers le pays. Pour le Ministère de l’EPSP, ce nombre est passé de moins de 30% des filles à l’école il y a deux décennies, à 48,6% des filles contre 54% pour les garçons fin 2013. Ne pas scolariser les filles est synonyme de les livrer à une vie indigne estime une certaine opinion en RDC. La plupart des quartiers de la capitale où la scolarisation des filles est faible, le taux de la débauche bat son plein. On y signal plusieurs cas des prostitutions, d’avortements, des grosses prématurées, des filles mères et autres maux qui rongent la jeunesse féminine congolaise aujourd’hui tels que le phénomène UJANA (jeunesse) apparu si récemment à Kinshasa et qui renvoie à la prostitution des mineurs sur la place publique. Un phénomène qui a pris de l’ampleur bien qu’aussitôt sérieusement combattu par la police kinoise.

A quelques jours des élections présidentielles et législatives en RDC, le choix des citoyens devra donc être guidé à la lumière de pareilles réflexions.

LEPOSO PLETO Bruce / Stagiaire à Internews

Restez Connecté